Commanditée
Commanditée

Rester connecté

Commanditée
La famille Ginot profite de vacances sur la magnifique île de Minorque. (de g. à dr) sa fille Laura ; épouse, Maria del Mar; Ginot; filles, Maria Del Mar et Inés; et ses fils, Fran et Miguel.

Francisco Ginot, PDG de la société de communication d'urgence pour ascenseurs MERak, reste fasciné par le monde en évolution rapide de la technologie.

Enfant qui a grandi sur la côte de Mataró, en Espagne, Francisco Ginot aimait jouer avec les lumières et l'électronique en famille home pour créer différents effets d'éclairage. Alors qu'il jouait avec une prise 220 V et une prise murale, les choses allaient parfois mal, entraînant une boîte à fusibles cassée, une obscurité temporaire et des parents agacés. Bien qu'il n'aurait jamais songé à permettre à ses propres enfants de jouer de cette manière, Ginot pense que sa fascination précoce pour la lumière et l'électricité était un signe avant-coureur de son avenir, qui incluait de travailler comme ingénieur pour des entreprises de microélectronique et de radiocommunications, ainsi que en tant que spécialiste des radiocommunications pour les Jeux Olympiques d'été de 1992 à Barcelone. «Je pense que l'électronique en tant que vocation était dans ma génétique», dit-il. Aujourd'hui, il est PDG et propriétaire du fournisseur de communications d'urgence pour ascenseurs MERak Telecom & Systems SL, dont le siège est à Barcelone.

Ginot a jeté les bases de sa carrière avec une solide formation. Il a obtenu un diplôme d'ingénieur de l'Université polytechnique de Catalogne à Barcelone, complété par un diplôme d'études supérieures en administration des affaires de l'IESE Business School de l'Université de Navarre sur le campus de Barcelone. Fraîchement diplômé, il a travaillé plusieurs années comme ingénieur produit pour AT&T Microelectronics Espagne, puis comme ingénieur radiofréquence pour une société espagnole spécialisée dans les projets civils et militaires.

Devenir responsable des communications radio pour les Jeux Olympiques a été une expérience enrichissante pour la carrière. Il a travaillé sous la direction de Jórdi Lopez Benasat, qu'il décrit comme un mentor important. Ginot déclare : « C'est une personne très positive qui avait l'habitude de gérer de grands projets de télécommunications pour l'administration de la ville de Barcelone. Il m'a appris de très bonnes compétences en gestion. Benasat facilitera plus tard l'achat de MERak par Ginot.

C'est en 2002 que Ginot est devenu entrepreneur, fondant la société de développement de logiciels Data Trunk, qui fournit désormais des services d'assistance à MERak. Il dit que lorsqu'il est devenu membre de l'industrie des ascenseurs, il a été étonné par son ampleur. Plus d'une décennie plus tard, il reste inspiré et mis au défi par l'industrie, ou plutôt, une paire d'industries : le transport vertical et la technologie. Cela peut être un exercice d'équilibre, a-t-il dit, pour réconcilier les deux. Il observe :

« Nous vivons maintenant dans un monde connecté et, bien sûr, les ascenseurs deviennent une cible claire de l'Internet des objets (IoT), l'interconnexion d'appareils informatiques embarqués identifiables de manière unique au sein de l'infrastructure Internet existante. En fait, MERak est une entreprise de technologies de l'information et des communications (TIC) avec des clients non-TIC. Nous avons des vitesses différentes et, parfois, c'est un problème, surtout avec les petits et moyens clients. Les communications impliquent des concepts abstraits dans un monde de mécanique. De plus, dans le passé, les ascenseurs étaient des machines isolées. Maintenant, dans un monde connecté, nous devons adopter des normes pour rendre l'interopérabilité entre différents fournisseurs possible afin d'être efficace en gérant à distance une flotte de milliers de marques différentes d'ascenseurs.

Le monde de la technologie en constante évolution ne permet pas à Ginot de se reposer sur ses lauriers, et il ne voudrait pas qu'il en soit autrement. Il aime sa profession et dit qu'il aime être confronté à un flot constant de défis.

Le développement d'un système de signalisation multifréquence à double tonalité (DTMF) optimisé pour la programmation à distance des ascenseurs fait partie des défis auxquels Ginot est confronté. Il observe que la signalisation DTMF que l'industrie utilise maintenant est efficace avec les lignes fixes mais ne parvient pas à transmettre correctement sur les réseaux cellulaires. « Un défi de taille consiste à développer un détecteur DTMF optimisé pour les appels cellulaires », déclare-t-il. « Cela sera probablement atteint lorsque la technologie du protocole Internet (IP) arrivera dans tous les ascenseurs via des réseaux câblés ou à évolution à long terme.

Ginot est membre de l'Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens et de l'association des anciens élèves de l'IESE. Il se fait un devoir d'assister à Interlift à Augsbourg, en Allemagne, tous les deux ans, et également cette année, prévoit d'assister à Asansör Istanbul en Turquie en mars. Il observe que les salons professionnels sont passés de professionnels de l'industrie venus se renseigner sur les technologies les plus récentes à davantage d'opportunités de réseautage d'affaires - un lieu pour « se rencontrer face à face et conclure des affaires ». Il pense que les organisateurs d'événements devraient aujourd'hui fournir des outils Internet supplémentaires, tels que des réseaux sociaux mis en place à l'avance pour faciliter les préparatifs des participants.

Convaincu que le travail acharné est la clé du succès, Ginot trouve également le temps de profiter de la vie en dehors du travail. Lui et sa femme viennent de fêter leur 25e anniversaire de mariage et restent occupés avec leurs trois filles et leurs deux garçons, âgés de 14 à 22 ans. Le dernier livre qu'il a lu était la biographie de Steve Jobs de Walter Isaacson.

Quand il a le temps, Ginot est bénévole à l'école des plus jeunes. Il aime également faire du vélo, qu'il a commencé après des années à jouer au football qui ont mis ses genoux à rude épreuve. Lorsqu'il est physiquement apte, il profite de quelques jours de ski et la famille a plusieurs lieux de vacances préférés. « Chaque été, je vais à Minorque (une île de la mer des Baléares entre l'Espagne et l'Italie), où j'ai un bateau et je navigue avec ma famille et mes amis dans un paysage d'une beauté exceptionnelle, qui n'est pas surpeuplé », déclare-t-il.

N'ayant pas l'intention de prendre sa retraite, Ginot dit qu'il continue d'apprendre et d'évoluer. En repensant à sa carrière jusqu'à présent, il aurait aimé avoir écouté plus et parlé moins, car écouter permet d'apprendre. Parmi ceux de l'industrie qu'il considère comme un bon auditeur et un modèle à suivre se trouve Lars Gustafsson, fondateur de la société suédoise primée de téléphones d'urgence pour ascenseurs SafeLine. « Nous partageons une passion pour notre métier, qui est l'ingénierie des communications », déclare Ginot.

Alors que les entreprises s'efforcent de poursuivre leur croissance dans les moments difficiles, Ginot voit des opportunités. Il entend être un fervent partisan de l'IoT en ce qui concerne le transport vertical. « Nous essayons de pousser le changement afin de rendre possible le concept d'ascenseur en ligne utilisant la technologie IP et machine à machine », déclare-t-il. « Les grandes entreprises ont des ressources pour mettre en œuvre ces technologies, mais les petites et moyennes, pas tellement. Nous pensons qu'il s'agit d'une bonne opportunité commerciale, malgré la récession actuelle.

À l'avenir, MERak a l'intention d'aider les clients à réduire les dépenses non essentielles et à développer de nouveaux produits économiques. « L'idée n'est pas de stagner en attendant, précise-t-il. "C'est nous qui devons y arriver."

Tags associés
Commanditée
Commanditée

Éditeur associé d'Elevator World

monde de l'ascenseur | Couverture de février 2015

Flipbook

Commanditée
Commanditée