Commanditée
Commanditée

Article 620 du NEC : Ascenseurs, partie I

Commanditée
Réservoir hydraulique caractéristique d'un ascenseur à piston hydraulique. En cas d'utilisation intensive par temps chaud, l'huile peut surchauffer, provoquant l'arrêt de l'ascenseur. Cela peut être contré en assurant une bonne ventilation de la salle des machines. Le ventilateur doit être sur un circuit dédié.

Un examen détaillé du Code national de l'électricité et de son impact sur les unités de transport vertical

photos de Judith Howcroft

Nous pensons généralement que le 19e siècle est la grande époque des codes du bâtiment. Une vague d'immigration vers les États-Unis, la fin de l'esclavage et, des deux côtés de l'océan Atlantique, une révolution industrielle en plein essor ont déclenché une accélération dans la construction de nouvelles constructions. Les codes du bâtiment ont été jugés nécessaires pour protéger le public contre les constructeurs de mauvaise qualité et les techniques de construction dépassées. Mais, les codes du bâtiment existaient depuis de nombreux siècles.

Objectifs d'apprentissage

Après avoir lu cet article, vous devriez avoir appris :
Les significations des définitions de la salle de contrôle et de l'espace de contrôle par rapport à la salle des machines
Le but et les spécifications des espaces de travail
♦ Types d'isolation et tailles minimales des conducteurs
♦ Exigences pour les conducteurs d'alimentation et de dérivation
♦ Facteurs de demande d'alimentation pour les ascenseurs

Hammurabi, sixième roi de Babylone et créateur de l'empire babylonien, décrète :

« Si un constructeur construit une maison pour quelqu'un et ne la construit pas correctement, et que la maison qu'il a construite tombe et tue son propriétaire, alors ce constructeur sera mis à mort. . . . S'il tue le fils du propriétaire, le fils de ce constructeur sera mis à mort. »

Si nous avançons rapidement de plus de 36 siècles, nous voyons de nouveaux développements importants dans la technologie des ascenseurs. L'ascenseur de sécurité d'Elisha Otis, introduit en 1853, empêchait la chute de la voiture en cas de rupture du câble. Quelques années plus tard, en 1880, Werner von Siemens construisit le premier ascenseur électrique, ouvrant la voie à une nouvelle industrie qui allait changer le monde en rendant possible l'utilisation pratique des immeubles de grande hauteur.

Pour que tout cela se concrétise dans le monde réel, il devait y avoir une certaine assurance que ces nouvelles technologies pourraient être utilisées en toute sécurité à grande échelle. Plus tard au 19ème siècle, Thomas Edison et ses associés ont construit un système de distribution électrique dans le Lower Manhattan. Même si Edison a compris les idées de base des fusibles et de la protection contre les surintensités, de nombreux dangers subsistaient. Enfin, en 1897, le premier National Electrical Code (NEC) est apparu. L'impulsion principale pour la création de la NEC dans les dernières années du 19ème siècle était l'angoisse collective vécue par les assureurs qui perdaient d'énormes sommes d'argent en raison de la responsabilité et des réclamations pour dommages physiques résultant de l'électrification par Edison, d'abord, du Lower Manhattan et puis le monde. Grâce à de nombreuses éditions, le NEC a, dans une large mesure, atténué les dangers liés à l'utilisation généralisée de l'électricité, en particulier en ce qui concerne la technologie des ascenseurs.

L'article 620 du NEC couvre les ascenseurs, les monte-plats, les escaliers mécaniques, les trottoirs roulants, les plates-formes élévatrices et les télésièges d'escalier. Chacun d'eux remplit une fonction différente et les mandats de câblage varient en conséquence. Le plus complexe d'entre eux est l'ascenseur. Lorsque vous considérez qu'un ascenseur est une pièce fermée avec une ou plusieurs portes que les gens entrent volontairement afin qu'ils puissent parcourir des centaines de pieds vers le haut ou vers le bas, plusieurs observations s'imposent. Le poids (passagers, fret, voiture et engins auxiliaires) peut être assez important et la vitesse est importante. Beaucoup entreprennent des voyages dans ces appareils deux fois par jour ou plus en toute confiance qu'ils survivront à une expérience sans incident avec un risque infime de catastrophe ou même de désagrément. Un voyage en ascenseur est bien plus sûr qu'un voyage en automobile, et le risque de subir une catastrophe est de l'ordre d'être frappé par la foudre dans son propre jardin. En effet, la plupart des accidents d'ascenseur impliquent des ouvriers de maintenance, mais même leur profession n'est pas excessivement dangereuse.          

Une partie de la raison pour laquelle l'utilisation des ascenseurs est extraordinairement sûre est que la construction et l'entretien sont réglementés par le code de sécurité ASME A17.1 2007/CSA B44-07 merveilleusement robuste pour les ascenseurs et les escaliers mécaniques, qui contient les exigences générales de construction et d'entretien - tout ce qui concerne les mandats sismiques. à l'éclairage de la salle des machines. Un peu plus ciblé (mais de grande conséquence) est l'omniprésent NEC, qui, dans la vénérable édition du manuel de la National Fire Protection Association (NFPA), consacre 18 pages à double colonne aux exigences de conception et d'installation électriques pour les ascenseurs, les escaliers mécaniques et les équipements connexes. Ces exigences, trouvées à l'article 620 (partie du chapitre 6, Équipement spécial), s'ajoutent aux chapitres 1 à 3 du NEC, qui stipulent les protocoles de câblage généraux applicables dans la plupart des lieux résidentiels, commerciaux et industriels.

Le code exempte certains domaines assez larges où la conformité n'est pas attendue. Par exemple, le câblage qui est sous le contrôle exclusif des services publics et qui concerne la production et la distribution d'énergie électrique n'est pas réglementé par le NEC. Ici, le Code national de sécurité électrique est compétent. Les structures électriques appartenant aux services publics qui ne sont pas directement concernées par la production, le transport et la distribution d'électricité sont réglementées par le NEC. Un exemple serait l'ascenseur, ainsi que tout le câblage dans un bâtiment administratif appartenant aux services publics. De même, le câblage souterrain dans les mines n'est pas réglementé par le NEC, bien que d'autres câblages souterrains non miniers (comme l'éclairage dans un tunnel de circulation souterrain) soient couverts. Les conducteurs électriques et l'équipement pour les ascenseurs non miniers qui s'étendent sous le niveau du sol sont sous la juridiction du NEC.

Il convient également de mentionner que l'objectif déclaré du NEC est la protection pratique des personnes et des biens contre les risques résultant de l'utilisation de l'électricité. Les deux principaux dangers sont l'incendie et le choc électrique ou l'arc électrique, bien qu'il y en ait d'autres. Par exemple, un ventilateur de plafond mal supporté pourrait tomber et causer des blessures ou des dommages matériels. Le code ne se préoccupe pas de l'efficacité ou de la sophistication des équipements qu'il couvre, sauf en ce qui concerne la sécurité (en termes de dommages corporels et matériels).

De nombreux professionnels pensent que le NEC n'est applicable que pour des tensions supérieures à un certain niveau, mais ce n'est pas le cas. Même les câbles à fibres optiques non composites, qui ne transportent pas d'énergie électrique, sont soumis au code. En effet, le matériau peut alimenter un incendie qui a pris naissance ailleurs. La charge d'incendie résultant d'une accumulation de câbles basse tension abandonnés peut être considérable et doit être comprise et traitée. Cela est particulièrement vrai dans une cage d'ascenseur où des mesures doivent être prises pour s'assurer qu'une situation dangereuse n'est pas créée.

Nous allons maintenant examiner les principales exigences de l'article 620, avec un accent particulier sur les exigences de câblage pour les cages d'ascenseur, les salles des machines et les cabines. Les articles NEC adhèrent généralement à un modèle, ce qui facilite grandement la navigation et la localisation rapide des mandats selon les besoins de la conception du projet ou, au niveau de l'installation, sur le terrain. L'article 620 suit ce modèle en ouvrant, dans la section I, Général, un énoncé du champ d'application et des définitions applicables au sujet à l'examen. Il est à noter que l'article couvre l'installation d'équipements électriques et de câblage pour les ascenseurs, les monte-plats, les escaliers mécaniques, les trottoirs roulants, les plates-formes élévatrices et les télésièges d'escalier. C'est un peu plus large que A17.1-2007/B44-07. Néanmoins, l'accent principal du NEC est sur les ascenseurs, et l'intention est d'atténuer les risques associés à l'utilisation de l'électricité. (ASME a un document séparé, A18.1-2008 Safety Standard for Platform Lifts and Stairway Lifts). NEC a ajouté que le terme « élévateur pour fauteuil roulant » a été remplacé par « élévateur à plate-forme ».

La section « Définitions » de l'article 620 comprend deux termes qui décrivent les espaces non attachés à l'extérieur d'une gaine. Il s'agit de la salle des machines et de la salle de contrôle distantes (pour l'ascenseur et le monte-charge), et la salle des machines et l'espace de contrôle distants (pour l'ascenseur et le monte-charge). Ils se différencient des autres structures similaires par le fait qu'ils ne sont pas fixés au périmètre extérieur ou à la surface des murs, du plafond ou du sol de la gaine. À une époque où une valeur croissante est accordée même à de petites quantités de biens immobiliers, la conception des ascenseurs doit s'efforcer de configurer, de contrôler efficacement et de piloter les éléments dans toute la mesure du possible, et c'est l'idée derrière certains emplacements alternatifs pour ces structures.

De telles innovations de conception nécessitent des stratégies de câblage sophistiquées. Les méthodes et matériaux de câblage traditionnels entrent en jeu, comme toujours, mais il est nécessaire de repenser leur déploiement. Les 12 définitions fournies dans NEC 2011, Section 620.2 sont le point de départ pour des conseils dans ce domaine, et les sections qui suivent présentent des directives de mise en œuvre qui sont très pertinentes dans l'environnement d'aujourd'hui. Il convient de noter que ces termes NEC, utilisés dans l'ensemble de l'article 620, ont été choisis pour être en corrélation avec l'usage A17.1-2007. Les deux documents sont en harmonie et doivent être utilisés conjointement.

D'autres termes définis dans l'article 620 du NEC sont le système de contrôle, le contrôleur de mouvement, le contrôleur de moteur, le contrôleur de fonctionnement, le dispositif d'exploitation et le dispositif de signalisation. Bien que les définitions soient simples, leur déploiement dans des projets de construction réels implique d'énormes implications juridiques et morales, étant donné que nous transportons quotidiennement un grand nombre de personnes à des centaines de pieds au-dessus de la surface de la terre.

De nombreux articles du NEC traitent des limitations de tension, et l'article 620 ne fait pas exception. En règle générale, il est décrété que la tension d'alimentation ne doit pas dépasser 300 V entre les conducteurs (en tenant compte du concept familier de 240 V), bien qu'il existe des exceptions. Vous pouvez aller jusqu'à 600 V pour les circuits d'alimentation alimentant les contrôleurs et moteurs de portes, les circuits de dérivation et les départs de contrôleurs de moteurs, les moteurs de machines d'entraînement, les freins de machines et les groupes électrogènes. Il convient de mentionner que lorsque 600 V est considéré comme une limite dans le NEC, cela signifie généralement que le système de tension nominale 600 V familier est considéré comme se trouvant dans la zone autorisée, ce qui en fait un usage courant.

Il est en outre stipulé que les tensions internes de l'équipement de conversion de puissance et de l'équipement fonctionnellement associé, ainsi que les tensions de fonctionnement du câblage interconnectant l'équipement, peuvent être plus élevées, à condition que l'équipement et le câblage soient répertoriés pour les tensions les plus élevées. Lorsque les tensions dépassent 600, un panneau indiquant « DANGER – HAUTE TENSION » est requis. Les équipements de chauffage et de climatisation situés sur la voiture ne doivent pas dépasser 600 V. Toutes les parties sous tension des appareils électriques doivent être fermées pour protéger les travailleurs et le public contre les contacts accidentels.

Des espaces de travail pour l'équipement électrique qui peuvent devoir être examinés, ajustés, entretenus ou entretenus sont requis dans toutes les occupations dans une section précédente du NEC, 110.26(A). Cette exigence s'applique à tous les contrôleurs, moyens de déconnexion et autres équipements électriques pouvant nécessiter un entretien, une inspection ou une maintenance. La principale préoccupation est de s'assurer que les travailleurs peuvent s'échapper en toute sécurité dans les terribles circonstances d'un événement de défaut d'arc.

Le scénario habituel pour les blessures électriques est un choc - lorsque le courant électrique traverse le corps humain. Un événement différent implique l'exposition à l'explosion lorsqu'il y a une explosion d'arc ligne-ligne ou ligne-sol. L'énergie électrique ne traverse pas le corps humain, mais la proximité de l'explosion signifie que des blessures graves sont possibles en raison de la chaleur intense et de l'onde de choc commotionnelle. Après un tel événement, il est important que le travailleur concerné puisse s'échapper de la zone et porter secours. Pour cette raison, le NEC prévoit un espace de travail adéquat autour des équipements électriques qui peuvent avoir besoin d'être entretenus. L'exigence de base concerne les distances de dégagement minimales de différentes profondeurs pour les équipements fonctionnant à 600 V ou moins, nominales, en fonction de la tension par rapport à la terre et de la distance latérale aux surfaces isolées ou mises à la terre ou aux pièces sous tension exposées (pas un problème dans les salles des machines d'ascenseur). Cet espace de travail libre doit avoir une largeur de 30 po ou la largeur de l'équipement, selon la plus grande des deux. Il n'est pas nécessaire qu'il soit exactement centré sur l'équipement, et les espaces de travail des équipements adjacents peuvent se chevaucher. Dans tous les cas, l'espace de travail doit permettre une ouverture d'au moins 90° des portes des équipements ou des panneaux battants.

Quant à la hauteur, l'espace de travail doit s'étendre du niveau, du plancher ou de la plate-forme jusqu'à 6-1/2 pi ou la hauteur de l'équipement, selon la plus grande des deux. Des exigences supplémentaires concernent les voies d'évacuation. Une deuxième porte est requise si l'équipement est évalué à plus de 1200 6 ampères et à plus de XNUMX pi de large. Les portes doivent s'ouvrir dans le sens de la marche et être équipées de barres anti-panique, de plaques de pression ou d'autres dispositifs normalement verrouillés mais ouverts par simple pression. L'idée derrière cette exigence est que le travailleur blessé pourrait avoir de graves brûlures aux mains et être incapable d'actionner une poignée de porte conventionnelle. Dans une salle des machines d'ascenseur, où l'espace peut être limité en premier lieu, le mandat de l'espace de travail doit être pris en compte très tôt dans le processus de conception, de peur qu'une quantité impensable de retouches ne soit nécessaire. De plus, il est nécessaire de considérer la sécurité des futurs travailleurs pour une durée indéterminée.

La partie II de l'article 620 concerne les conducteurs utilisés dans les travaux d'ascenseur et plusieurs exigences importantes sont couvertes. Le câblage de verrouillage de porte palière provenant de la colonne montante doit être ignifuge et avoir une isolation adaptée à une température d'au moins 200 °C (392 °F), bien supérieure à celle requise pour la plupart des applications de chemins de câbles ou de câbles. Ainsi, le besoin d'une fonctionnalité de verrouillage de porte est reconnu.

De même, l'intégrité du câble de déplacement est soulignée. Les types de câbles acceptables pour cette application sont indiqués dans le tableau 400.4, qui figure dans un chapitre précédent et répertorie divers types de câbles d'ascenseur pour l'éclairage et le contrôle dans les emplacements non classés et dangereux. L'article 2011(620.21)(b) du NEC 2 stipule que les cordons de service dur et les cordons de service dur junior conformes aux exigences de l'article 400 (tableau 400.4) sont autorisés en tant que connexions flexibles entre le câblage fixe sur la voiture et les dispositifs sur le portes ou portails de voiture. (« Hard-service » et « junior hard-service » sont des noms commerciaux qui s'appliquent à plus de 30 types de cordons flexibles, commençant tous par la lettre S. Ils ont des propriétés variables, telles que la résistance à l'huile et diverses compositions de matériaux pour l'isolation, comme un élastomère thermoplastique. Beaucoup d'entre eux sont destinés à l'éclairage portable.)

Pour atteindre la flexibilité et l'endurance, le câble de déplacement est plus finement toronné et, si possible, séparé en conducteurs discrets. Une façon d'y parvenir est de mettre les fils en parallèle, c'est-à-dire de connecter les câbles aux deux extrémités de sorte qu'ils soient physiquement comme deux fils mais électriquement un. Cette stratégie vise à améliorer la flexibilité du câble de déplacement, mais elle est contraire à une règle générale du NEC concernant la mise en parallèle des conducteurs, qui se fait généralement dans de très grandes tailles pour éviter les tractions et les terminaisons de fil lourdes. En traversant des zones suburbaines commercialisées, vous voyez fréquemment des conducteurs en parallèle pour les grandes épiceries de détail (où il y a une forte charge de réfrigération). La règle NEC spécifie que la taille minimale des conducteurs en parallèle est de 1/0 AWG, ce qui est beaucoup trop gros pour un câble de déplacement d'ascenseur. En conséquence, pour cette application, la taille minimale est réduite à 20 AWG pour les circuits d'éclairage.

Les conducteurs d'alimentation et de dérivation doivent avoir des courants admissible spécifiés :

  • Les conducteurs alimentant un seul moteur doivent avoir un courant admissible au moins égal au pourcentage du courant de la plaque signalétique du moteur déterminé à partir de la section 430.22(A) et (E). Les moteurs d'ascenseur sont par nature intermittents. De plus, comme les moteurs ont un courant de démarrage plus élevé que les autres charges, le protocole de protection contre les surintensités leur est unique et quelque peu contre-intuitif. Si l'ensemble du circuit d'alimentation/dérivation était protégé de manière conventionnelle, le moteur s'arrêterait bien avant d'atteindre la vitesse de fonctionnement. En conséquence, les fils d'alimentation sont protégés uniquement contre les courts-circuits et la protection contre les surcharges est fournie plus près du moteur.  
  • Les conducteurs alimentant un seul contrôleur de moteur doivent avoir un courant admissible au moins égal au courant nominal du contrôleur de moteur plus toutes les autres charges connectées.
  • Les conducteurs alimentant un seul transformateur de puissance doivent avoir un courant admissible non inférieur au courant nominal indiqué sur la plaque signalétique du transformateur de puissance plus toutes les autres charges connectées.
  • Les conducteurs alimentant plus d'un moteur, d'un contrôleur de moteur ou d'un transformateur de puissance doivent avoir un courant admissible au moins égal à la somme des intensités nominales indiquées sur la plaque signalétique de l'équipement plus toutes les autres charges connectées.

Les conducteurs d'alimentation de moindre courant admissible sont autorisés pour les installations de groupe et assez courants dans les travaux d'ascenseur. Les facteurs de demande sont donnés dans le tableau 620.14, qui permet des réductions significatives à mesure que le nombre de moteurs augmente. Le facteur de demande varie de 1.00 pour un élévateur sur un seul alimentateur à 0.72 pour 10 élévateurs ou plus sur un seul alimentateur. L'idée est assez simple. Au fur et à mesure que de plus grands nombres d'élévateurs sont ajoutés, la probabilité qu'ils fonctionnent tous simultanément diminue de sorte qu'il est permis de réduire l'intensité admissible de l'alimentation.

Nombre d'ascenseursDemande sur un seul facteur d'alimentation                                                  
11.00
20.95
30.90
40.85
50.82
60.79
70.77
80.75
90.73                                                
10 ou plus0.72                                          

La partie III, Câblage, examine les types de câblage qui peuvent être installés dans les puits, les voitures, les salles des machines et les espaces connexes. Les méthodes de câblage de base sont les conduits métalliques rigides, non métalliques rigides ou métalliques intermédiaires ; tubes électriques métalliques ou non métalliques rigides ; chemins de câbles; ou Câble de type MC, MI ou AC, sauf autorisation contraire. Le câble de voyage, par nécessité, est exempté.

Trois catégories de câblage dans les gaines sont autorisées en plus, chacune avec des exceptions. Les câbles utilisés dans les circuits à puissance limitée de classe 2 sont autorisés entre les colonnes montantes et l'équipement de signalisation et les dispositifs de fonctionnement, à condition qu'ils soient soutenus et protégés contre les dommages physiques et qu'ils soient du type gainé et ignifuge. Les cordons et câbles flexibles faisant partie des équipements répertoriés fonctionnant à 30 V (42 V CC) ou moins, soutenus et protégés de la même manière, gainés et ignifuges, sont autorisés. Dans les gaines ne dépassant pas 6 pi, ces méthodes de câblage supplémentaires sont autorisées :

  • Conduit métallique flexible
  • Conduit métallique flexible étanche aux liquides
  • Conduit non métallique flexible étanche aux liquides
  • Les cordons et câbles souples, ou les conducteurs regroupés et enrubannés ou câblés, sont autorisés sans chemin de câbles, lorsqu'ils font partie d'un équipement répertorié, d'une machine d'entraînement ou d'un frein de machine d'entraînement

Une pompe de puisard ou de récupération d'huile située dans la fosse peut être raccordée par cordon. Le cordon doit être du type à usage intensif et résistant à l'huile, d'une longueur maximale de 6 pi. Dans les voitures, ces méthodes de câblage supplémentaires sont autorisées :

  • Conduit métallique flexible, conduit métallique flexible étanche aux liquides ou non métallique, 3/8 po ou plus, pas plus de 6 pi de longueur
  • Les cordons de service dur et les cordons de service dur junior sont autorisés en tant que connexions flexibles entre le câblage fixe de la voiture et les dispositifs sur les portes ou les portails de la voiture. Les cordons de service dur sont autorisés uniquement en tant que connexions flexibles pour le dispositif de commande du toit de la voiture ou la lampe de travail du toit de la voiture.

Les méthodes de câblage supplémentaires suivantes sont autorisées sur l'assemblage de la voiture dans des longueurs ne dépassant pas 6 pi :

  • Conduit métallique flexible
  • Conduit métallique flexible étanche aux liquides
  • Conduit non métallique flexible étanche aux liquides
  • Cordons et câbles souples (mêmes conditions que dans les gaines)

Dans les salles des machines, ces méthodes de câblage supplémentaires sont autorisées :

  • Des conduits métalliques flexibles, flexibles étanches aux liquides ou non métalliques flexibles étanches aux liquides de 3/8 po ou plus, n'excédant pas 6 pi de longueur, sont autorisés entre les panneaux de commande et les moteurs de machine, les freins de machine, les groupes électrogènes, les moyens de déconnexion et les moteurs de pompage et les vannes. Une exception prévoit qu'un conduit métallique flexible étanche aux liquides ou un conduit non métallique flexible étanche aux liquides de 3/8 po ou plus est autorisé à être installé dans des longueurs supérieures à 6 pi.
  • Lorsque des moteurs-générateurs, des moteurs de machine ou des moteurs et des vannes d'unité de pompage sont situés à côté ou en dessous de l'équipement de commande et sont fournis avec des fils de borne extra-longs n'excédant pas 6 pieds de longueur, ces fils peuvent être rallongés pour se connecter directement au contrôleur. goujons terminaux sans tenir compte des exigences de capacité de charge. Des gouttières auxiliaires sont autorisées dans les salles des machines et de contrôle entre les contrôleurs, démarreurs et appareils similaires.
  • Les cordons et câbles flexibles qui sont des composants d'équipements répertoriés et utilisés dans des circuits fonctionnant à 30 V (42 V CC) ou moins sont autorisés dans des longueurs ne dépassant pas 6 pieds, à condition que les cordons et les câbles soient soutenus et protégés contre les dommages physiques et soient de un type chemisé et ignifuge.
  • Sur les équipements existants ou répertoriés, les conducteurs peuvent être regroupés et enrubannés ou câblés sans être installés dans un chemin de câbles. De tels groupes de câbles doivent être soutenus à des intervalles ne dépassant pas 3 pieds et situés de manière à être protégés contre les dommages physiques.
  • Les cordons et câbles flexibles d'une longueur ne dépassant pas 6 pi de type ignifuge et situés pour être protégés des dommages physiques sont autorisés dans les salles des machines sans être installés dans un chemin de câbles. Ils doivent faire partie d'un équipement répertorié, d'une machine motrice ou d'un frein de machine motrice.

Les méthodes de câblage suivantes sont autorisées sur l'ensemble de contrepoids dans des longueurs ne dépassant pas 6 pi :

  • Conduit métallique flexible
  • Conduit métallique flexible étanche aux liquides
  • Conduit non métallique flexible étanche aux liquides
  • Les cordons et câbles flexibles, ou les conducteurs regroupés et enrubannés ou câblés, peuvent être installés sans chemin de câbles. Ils doivent être placés de manière à être protégés des dommages physiques, doivent être de type ignifuge et doivent faire partie d'un équipement répertorié, d'une machine motrice ou d'un frein de machine motrice.

Après avoir examiné les mandats NEC 2011 pour les installations d'ascenseurs et d'équipements connexes, nous couvrirons les méthodes de câblage, la protection contre les surintensités, la mise à la terre et d'autres dispositions NEC connexes dans la deuxième partie de cette série, publiée dans le numéro d'avril 2012 d'ELEVATOR WORLD.

Questions de renforcement de l'apprentissage

Utilisez les questions de renforcement de l'apprentissage ci-dessous pour préparer l'examen d'évaluation de la formation continue disponible en ligne sur www.elevatorbooks.com ou à la page 111 de ce numéro.
Nommez le code principal autre que NEC qui se rapporte à la conception/l'installation de l'ascenseur.
Quelle est la définition de la salle des machines ?
♦ Pourquoi les limitations de tension sont-elles importantes ?
♦ Dans quelles zones les pièces sous tension doivent-elles être enfermées ?
♦ Pourquoi les facteurs de demande d'alimentation sont-ils autorisés pour plusieurs silos ?

Risques d'arc électrique et pratiques de travail sécuritaires en électricité

par le comité de sécurité NEII

Ce document de position est rédigé pour fournir des conseils aux membres dont les employés sont engagés dans des travaux dans l'industrie des ascenseurs qui pourraient les exposer à des risques d'arc électrique, et pour aider les membres à se conformer aux normes applicables de l'OSHA et de la National Fire Protection Association (NFPA). Comme recommandé dans la norme NFPA 70E, la National Elevator Industry, Inc. (NEII) a commandé une analyse des risques d'arc électrique (conformément à la norme IEEE 1584-2002 pour les procédures de calcul de l'énergie incidente de l'arc électrique) par un consultant indépendant afin de déterminer à quel niveau existe-t-il un risque d'arc électrique pour les employés qui travaillent sur des équipements d'ascenseur sous tension.

Sur la base de l'analyse, les limites de l'arc électrique au niveau des contrôleurs d'ascenseur/d'escalier mécanique allaient de 3 à 16 pouces des composants exposés, et l'énergie incidente calculée à 18 pouces variait de 0.06 cal/cm2 à 0.95 cal/cm2, ce qui indique que le risque d'arc électrique pour les employés concerne principalement les mains et les bras. Le moyen le plus sûr d'éviter un risque d'arc électrique est de verrouiller et d'étiqueter le service électrique à un contrôleur. Comme indiqué à l'article 7 de la Manuel de sécurité des employés sur le terrain de l'industrie des ascenseurs:

« À moins que cela ne soit pas faisable (c.-à-d. : inspection ; dépannage ; observation ; etc.) -sous tension, mis à la terre ou gardé.

Si l'équipement doit rester sous tension pour effectuer le travail, une isolation efficace et des pratiques de travail électrique sûres doivent être observées. Vous trouverez ci-dessous plusieurs pratiques de travail qui peuvent être utilisées pour réduire les risques d'arc électrique lors de travaux sur des équipements sous tension :

  • Protection : Dans la mesure du possible, installez une protection temporaire pour vous protéger des contacts accidentels.
  • Fusibles : vérifiez que la taille, le type et la capacité corrects sont installés.
  • Équipement de protection individuelle (EPI) : utilisez un EPI approprié pour protéger les parties du corps dans une plage de 3 à 16 pouces des composants qui ne sont pas autrement protégés. Des exemples d'EPI qui peuvent être appropriés sont une protection oculaire non conductrice, des gants en cuir ou ignifuges propres, et des chemises et pantalons à manches longues en fibres naturelles ou ignifuges, ou des combinaisons à manches longues ignifuges.
  • Articles métalliques : retirez les articles métalliques tels que montres, chaînes, bracelets, boucles d'oreilles, boucles de ceinture et porte-clés avant le dépannage. Voir l'article 3 de la Manuel de sécurité des employés sur le terrain de l'industrie des ascenseurs.
  • Instruments : utilisez des multimètres de catégorie III et familiarisez-vous avec leur utilisation et leurs limites. Suivez les instructions et les précautions du fabricant. Utilisez des oscilloscopes certifiés par Underwriters Laboratories ou par l'Association canadienne de normalisation testés pour 1,000 XNUMX V.
  • Verrouillage/étiquetage : lorsque le dépannage est terminé et que d'autres travaux peuvent être effectués sans que l'équipement ne soit sous tension, suivez les procédures de verrouillage/étiquetage de la section 7 du Employés de terrain de l'industrie des ascenseurs Manuel de sécurité avant de commencer des réparations ou des travaux d'entretien.
  • Conditions spéciales : Le dépannage dans des conditions humides, chaudes ou froides demande une prudence supplémentaire. Les dangers créés par l'eau, la neige ou la condensation dans la zone de travail peuvent provoquer des glissades, des chutes et des contacts accidentels. Ne résolvez pas les problèmes à moins que vous ne puissiez garder les semelles de vos chaussures/bottes sèches.
  • Déconnexion de la ligne principale : N'OUVREZ PAS LE COUVERCLE DE L'INTERRUPTEUR DE DÉCONNEXION DE LA LIGNE PRINCIPALE à moins que les employés ne soient autorisés, correctement formés et que des mesures appropriées soient prises en fonction du risque plus élevé de risques d'arc électrique. Si l'alimentation n'est pas fournie au contrôleur d'ascenseur (par exemple, des fusibles de ligne principale ouverts, etc.), avisez le propriétaire du bâtiment de corriger la condition. Ce n'est pas la responsabilité de la société d'ascenseurs.
Tags associés
Commanditée
Commanditée

David Herres est titulaire d'une licence de maître électricien du New Hampshire et a travaillé comme électricien dans le nord de cet État pendant de nombreuses années. Il s'est concentré sur l'écriture depuis 2006, ayant écrit pour des magazines tels que ELEVATOR WORLD, Electrical Construction and Maintenance, Cabling Business, Electrical Business, Nuts and Volts, PV Magazine, Electrical Connection, Solar Connection, Solar Industry Magazine, Fine HomeBâtiment Magazine et Engineering News.

monde de l'ascenseur | Couverture d'avril 2012

Flipbook

Commanditée

monde de l'ascenseur | Couverture d'avril 2012

Flipbook

Commanditée